Faire l'amour

Représentatations à Yokohama
janvier 2007 Mains d'oeuvres
février 2007
Red Brick warehouse Number 1 Yokohama

PRÉSENTATION
FAIRE L’AMOUR est l’histoire d’une rupture amoureuse en jet-lag. Cette rupture commence par un voyage à Tokyo. Le décalage horaire ajouté aux longues heures du voyage fait que le couple est dans les nuages. La nuit, dans une chambre d’hôtel suspendue au-dessus de la ville illuminée, le sommeil ne vient pas. Écrasés de fatigue, l'homme et la femme se déchirent : ils font l'amour pour la dernière fois avec passion et désespoir. Puis ils se séparent, pour partir dans Tokyo sous la neige. Entre froid et fièvre, dans les rues de la ville juste avant le lever du soleil, ils se perdent, dans tous les sens, Tokyo devenant peu à peu la métaphore de leur amour perdu.

La proposition scénique s’inspire de cet état « d’apesanteur » que l’on éprouve quand on voyage trop et trop loin. Réunissant un acteur, une danseuse, un musicien électronique et un dispositif visuel diffusant des images de Tokyo, elle cherche des solutions formelles à la représentation – et à la résolution – du délitement conjugal : c’est dans cette dialectique entre les corps, la parole et les images que se noue un dialogue intime avec ce qui échappe à l’homme et la femme, leur devenir.

EQUIPE
D’après le texte de  Jean-Philippe Toussaint (Editions de Minuit)
Mise en scène Véronique Caye
Conseiller artistique Sandrine Thevenet
Avec  Pierre Mignard, Masako Yasumoto, Frédéric Minière (musique)
Chorégraphie Véronique Caye, Masako Yasumoto
Scénographie Pascale Stih
Musique Frédéric Minière
Lumière Bruno Brinas
Image Véronique Caye
Costume Pascale Stih and Véronique Caye
Multimédia Daniel Mestanza

PRODUCTION
Coproduction Le Laboratoire Victor Vérité, Yokohama Red Brick Warehouse Number 1, Mains d’œuvres
Avec le soutien du DICREAM Ministère de La culture, de la DRAC Ile de France et de la Communication et de l’Ambassade de France au Japon

FAIRE L'AMOUR

Faire l’amour is the story of a break up while in jet-lag. This rupture starts with a trip to Tokyo. The jet lag added to the long travelling hours cause the couple to have their heads in the clouds. At night, in a hotel room above the illuminated city, sleep does not come. Exhausted, the man and the woman tear each other a part: they make love for the last time with passion and despair. Then they separate, they leave the hotel to walk in Tokyo under the snow.
Cold and feverish, in the streets of the city, before the rising of the sun, they are lost, in very sense and Tokyo becomes little by little the metaphor of their lost love.

The performance takes for a starting point this state “of weightlessness” that one experiences when travelling too much and too far. Bringing an actor, a dancer and an electronic musician together as well as a visual installation with images of Tokyo, the performance seeks formal solutions to the representation - and the resolution – of the end of love:  in this dialectic between bodies, speech and images, an intimate dialogue starts with what escapes from the man and the woman, their future.